1er juin bis – Comme un nuage de pollution sur L.A.

Los Angeles

Trump vient d’annoncer que les États-Unis sortaient de l’Accord de Paris pour que le monde entier arrête de se moquer de l’Amérique (très drôle). Consternation sur les ondes de la radio publique américaine que j’écoute en conduisant.

Nous rejoignons Los Angeles et, comme lors de nos précédentes entrées dans la ville, je suis frappée par le voile de brume qui blanchit peu à peu le bleu du ciel, rend le soleil anémique, et fantomatiques les collines qui entourent la ville (et constituent un très bon piège à pollution).

Certes, à certains endroits, il n’est pas facile de faire la part entre le smog de pollution et la brume d’origine maritime. Voici par exemple une vision qui s’est offerte à nous plusieurs fois : au-dessus de la mer, le ciel dégagé ; au-dessus de la terre et de la plage, la brume.

IMG_0884
Et il paraît que la situation atmosphérique était encore dix fois pire à Los Angeles dans les années 1960. N’empêche que cette teinte tantôt violette tantôt brunâtre de l’air ne donne toujours pas envie de respirer… De fait, les seuils de pollution ont été dépassés pendant toute la première semaine du mois de juin.

Bref, les enjeux environnementaux sont ici bien sensibles et actuels et la Californie a été parmi les premiers États à réagir très vigoureusement à l’annonce de Trump en soulignant qu’elle garderait ses propres objectifs de transition énergétique et comptait bien travailler pour ce faire avec le Canada, avec la Chine… Un petit parfum de diplomatie parallèle.

La ville de L.A. vient aussi de voter un budget pour des stations de chargement de voitures électriques. En attendant, pic de pollution ou pas, presque tout le monde continue à prendre sa voiture puisqu’il n’y a pas beaucoup d’autres solutions efficaces pour se déplacer dans cette immense agglomération…

IMG_1183