4 mars – Vallée de la Napa : chez Francis Ford Coppola

Napa Valley

Pour franchir les grilles d’Inglenook, le domaine de Francis Ford Coppola, il faut montrer patte blanche ; les simples badauds ne sont pas les bienvenus et il faut avoir réservé une dégustation à l’avance ou au moins pouvoir dire qu’on vient pour consommer au bar, interdit aux moins de 21 ans.

IMG_0492

Impression de privilège, donc, quand la réceptionniste, française, nous fait une fleur et nous donne accès à une dégustation dans le château, où un sommelier s’occupera de nous pendant une heure.

IMG_0494

Les enfants ont le droit de sentir (la veille chez le voisin Mondavi, ils n’avaient ni le droit de sentir, ni même celui de tenir le verre) et nous jouons au grand jeu qui consiste à reconnaître les arômes (pomme, framboise, chocolat… franchement, nous n’avons pas été mauvais). Kenton, le sommelier, les initie dans un français impeccable aux mystères de l’œnologie (non, la couleur et les arômes ne viennent pas de la pulpe, mais de la peau des raisins ; non, si le vin sent la cannelle, ce n’est pas parce qu’on en a vidé un flacon dans le tonneau).

IMG_0551

Et moi, je goûte des vins d’exception. On est ici chez les grands : le responsable de la vinification est le français Philippe Bascaules, qui depuis l’automne dernier est aux commandes à la fois d’Inglenook et de Château Margaux parce qu’on lui a fait des deux côtés de l’Atlantique des offres qu’il ne pouvait pas refuser…

 

Cerise sur le gâteau : le manoir abrite tout un petit musée consacré aux lanternes magiques, car chez les Coppola on s’intéresse depuis des générations non seulement au vin, mais aussi au cinéma (ah, bon ?) et plus largement aux arts du spectacle.

IMG_0531.jpg